10/10/2018

Dans le rétro › UN CHEMIN POUR MÉMOIRE...

Le 14 juillet 1944, à Tourliac, onze résistants furent massacrés par les nazis...|Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

La traditionnelle commémoration de la tragédie de Tourliac a donné lieu cet été à l'inauguration du Chemin de Mémoire du Bouscatel.

Le 14 juillet 1944, alors que la population était rassemblée au monument, les nazis prenaient d'assaut la ferme de Bouscatel. Onze résistants furent massacrés...



Au moment où les maquisards qui avaient participé au défilé à Villeréal, se rangeaient avec les autres délégations devant le monument aux morts, un voisin du camp, nommé Pinto, arriva hors d'haleine, pour avertir François Cassé que la sentinelle Nathan Goldstein venait d'être tuée.

Aussitôt le motocycliste du groupe, Pierre Lague, rallia Bouscatel suivi d'une voiture emportant un groupe de combat. À l'arrivée du détachement les résistants découvrirent l'horreur.

Tous les hommes restés sur place avaient été massacrés. Théodore Langenus fut tué dans la ferme, les neuf autres furent poussés dehors et abattus en tas, contre un pylône éléctrique.

Il s'agissait d'Albert et Fernand Angely, Raoul Caminade, René Cassé, Georges Dubet, Jean-Louis Galvaing, André Sarrazin, Jean et Raymond Vernet.

L'allocution du petit-fils d'un des martyrs

Seule Marie-Rose Cassé avait réussi à s'enfuir à travers bois. D'après sont récit et celui de M. Pinto, la fusillade se serait déroulée de la façon suivante (1) :

Les maquisards à peine partis pour Villeréal, une camionnette s'était présentée à l'entrée du chemin gardée par Nathan Goldstein. Dans le véhicule se trouvait une douzaine d'hommes vêtus d'uniformes semblables à ceux des Chantiers de jeunesse. La sentinelle fut surprise.

Un des occupants de la camionnette descendit, s'approcha et lui arracha son pistolet-mitrailleur. Goldstein tenta de s'échapper mais fut abattu. La route était libre, les assaillants surprirent les maquisards qui n'eurent pas le temps de réagir.

Leur crime accompli, les assaillants remontèrent dans leur véhicule et prirent la direction de Beaumont du Périgord.

Francis Vernet lors de son allocution devant le monument aux martyrs du Bouscatel... - Photo DR

En présence du conseiller départemental, Marcel Calmette, du député Damaisin, de la sénatrice Bonfanti-Dossat, et de plusieurs maires du canton dont Guy Chabronnerie, de Tourliac, et Pierre-Henri Arnstam, de Villeréal, la plaque du "Chemin de Mémoire" a été inaugurée.

Dans un vibrant discours, Francis Vernet a rendu hommage à la mémoire de son grand-père et de son oncle assassinés avec neuf autres de leurs compagnons.

Les participants se sont également recueillis devant la stèle honorant la mémoire de Nathan Goldstein, la sentinelle, ainsi qu'au monument de Truelle.

Sept mois auparavant, à quelques jours de Noël 1943, les nazis avaient capturés quatre résistants du Groupe Carnot qui furent déportés en Allemagne.

Alfred et Paul Castanet, Élie Gardet et Pierre Toussaint comptent parmi les Morts pour la France.

Lemonument de Truelle honore la mémoire de quatre résistants du Groupe Carnot morts pour la France... - Photo DR


 

 — (1) - Narration extraite des Cahiers de la Résistance en Lot et Garonne).
— (2) - Compte -rendu de la cérémonie par M. Jean-Claude Briaud.

 

 


 

 

10/10/2018