15/06/2018

Réunion publique › RÉVÉLATIONS SUR LA BASTIDE

Sous-préfète, député, conseillers régional et départemental et les invités on visité la bastide sous la conduite du maire de Villeréal...|Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

Riche journée pour Villeréal, jeudi, avec la réunion publique à laquelle la municipalité convie périodiquement les Villeréalais. Auparavant, sous-préfète, député, conseillers régional et départemental et de nombreux invités avaient inauguré les espaces publics réaménagés récemment. Coïncidence, le délégué général des Plus Beaux Villages de France était passé le matin même....



La bastide révélée... La soixantaine de personnes présentes à la réunion du soir ont eu le privilège d'une double révélation. Premier invité à prendre la parole, Guillaume Laizé de l'Atelier Palimpseste (Paysage, architecture, urbanisme) artisan des aménagements entrepris dans la bastide depuis trois ans, a dévoilé quel regard le paysagiste portait sur Villeréal.

À la demande de la municipalité, il a planché sur des développements possibles, élaborant un projet qu'il a présenté sous la forme d'un plan-guide (1). Son propos porte sur une idée maîtresse : donner aux élus des éléments qui, dans les années qui viennent, leur permettront de poursuivre le travail réalisé, en bénéficiant de la vue d’ensemble qu’architecte et paysagiste portent sur notre village.

La première révélation a donc été « à quoi pourrait ressembler Villeréal demain ? ». Premier élément de réponse : en traitant d'abord du tour de ville et en le rendant attrayant, certes, mais aussi en travaillant sur les liaisons entre périphérie et centre-ville.

Ce concept de "continuité" est pour l'équipe de Guillaume Laizé une préoccupation permanente : comment porter aux regards les divers éléments qui constituent le "paysage" de la bastide, non pas en les mettant en valeur isolément, mais en soignant le lien qui permet de passer de l'un à l'autre.

Sans pour autant tout traiter de façon homogène et uniforme.

Guillaume Laizé, entre J.-J. Caminade et Pierre Simon, a présenté son projet de pla-guide pour Villeréal... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

La Rue de la Caserne en exemple

Guillaume Laizé a détaillé sa vision en prenant la rue de la Chapelle pour illustration. Du tour de ville, face à la gendarmerie, au coeur de la bastide,  la rue progressivement passe de l'espace végétal des jardins à celui, pierre et pavé, de la Place Jean-Moulin.

Il a montré, en deux ou trois suggestions, comment le paysagiste pouvait matérialiser concrètement le fil conducteur qui peut unir ces trois ambiances différente. Entre autres exemples...

Le dossier est visible à la mairie et nous aurons maintes fois l'occasion d'y revenir.

Le second invité de la soirée était l'historien Pierre Simon qui pilote le groupe de travail sur l'anniversaire de la fondation de la bastide de Villeréal.

750 ans séparaient donc le paysagiste Guillaume Laizé de l'historien Pierre Simon. Et pourtant, de toute évidence, le lien entre les deux est apparu très fort, très présent, très actuel.

Le premier avait prévenu « La première chose que l'on perçoit quand on entre dans Villeréal, c'est son impact architectural : la halle, la place, les arcades, le quadrillage des rues » et, au milieu, l'église comme un ilôt. La présence intra-muros des jardins aussi et leur importance.

Révélation sur les origines

Le second, Pierre Simon, a répondu à Guillaume Laizé et donné raison d'un point de vue historique à la vision du paysagiste.

L'historien était là, jeudi, pour présenter l'avancement de ses recherches sur les premières années de l'histoire de Villeréal entre 1265 et 1289 qui jusqu'ici étaient restées enfouies dans des archives jamais ouvertes.

Notamment celles de la famille du seigneur de Biron dans lesquelles une jeune chercheuse de l'université de Toulouse s'est plongée. Et si l'on n'a pas eu de révélation sensationnelle, on cerne mieux qu'elles négociations ont abouti à la fondtion de Villeréal, entre le petit seigneur local, son suzerain De Biron, les abbés d'Aurillac qui détenaient le prieuré de Rives, et Alpjhonse de Poitiers, frère du roi Saint-Louis.

Pierre Simon a aussi détaillé le contenu de la charte des coutumes accordée aux Villeréalais par la couronne, le 1er mai 1289. Le dernier acte officiel de la fondation de la bastide qui établissait, par l'écrit, les droits et les devoirs de la communauté – villageois comme notables.

Texte d'une telle importance que les Villeréalais allaient s'y référer durant quasiment 500 ans !

La réunion publique, riche en information, a été suivie par une soixantaine de Villeréalais... - Photo © jean-Paul Epinette - icimedia@free.fr

750 ans plus tard, la réunion publique est aussi un lieu de dialogue entre habitants et municipalité. Un exercice démocratique pour lequel les Villeréalais se sont saisi du micro pour recenser tout ce qui constitue pour eux des problèmes à résoudre au quotidien : ordures ménagères, circulation, stationnement, propreté...

Il y a eu aussi des témoignages de satisfaction, notamment à l'adresse de l'entreprise qui a conduit les chantiers d'aménagement des espaces publics « de manière respectueuse pour les Villeréalais » (sic) en multipliant les efforts pour réduire les nuisances le plus possible.

Enfin, cerise sur le beau gâteau de la soirée, Jean-Jacques Caminade a présenté le film qu'il a réalisé à partir d'archives locales, sur la célébration des 700 ans de la bastide.

C'était en 1969 et, si la pellicule du super 8 a subi les outrages des ans, le film – superbement réalisé – constitue un précieux document. Inoubliable et chaleureusement applaudi.


(1) - Projet esquissé, pages 4 et 5, dans le N° 79 du journal communal téléchargeable ici...

 

 

15/06/2018